Les grandes étapes Kumon

La méthode Kumon, née au Japon de l’amour d’un parent pour son enfant, est aujourd’hui une méthode d’apprentissage très réputée dont peuvent profiter des élèves de partout dans le monde

À cet instant précis, quelqu’un, quelque part, apprend avec Kumon.

Il s’est écoulé plus de 50 ans depuis la création de Kumon.
Aujourd’hui, ce sont 4,28 millions d’élèves* dans 49 pays et régions qui étudient selon la méthode Kumon, qui vise le développement d’une base solide en lecture et en mathématiques, peu importe l’âge de l’élève.
Cette méthode d’étude personnalisée permet à l’enfant de devenir un apprenant autonome.

Le fondement de la méthode Kumon est le développement de solides aptitudes scolaires et d’une confiance en sa propre capacité d’autoapprentissage.
Les résultats positifs de cette méthode sont d’ailleurs reconnus partout dans le monde, dans des collectivités aux cultures, valeurs et systèmes scolaires des plus variés.

*4,28 millions (en juin 2016)

1958Création de Kumon

Kumon pour le plus grand nombre d’enfants possible.

En 1962, Toru Kumon a dressé une liste des objectifs qu’il souhaitait atteindre. Fait intéressant, il aspirait déjà à répandre la méthode d’étude Kumon dans d’autres pays.

Toru Kumon a écrit pour son fils Takeshi des problèmes de calcul sur une feuille de papier, laquelle est devenue la base des feuilles d’exercices Kumon. Désireux d’aider le plus d’enfants possible à réaliser leur plein potentiel, il a créé en 1958 l’Institut de mathématiques d’Osaka, au Japon. Dès lors, il a commencé à offrir à de plus en plus d’enfants la possibilité d’étudier par eux-mêmes.

Dès le tout début, Toru Kumon avait la ferme conviction que sa méthode pouvait être appliquée partout sur la planète, et il voulait permettre aux enfants de tous les pays d’en profiter. Il espérait que le plus grand nombre d’enfants possible améliorent leurs résultats scolaires, réussissent dans la vie et contribuent à bâtir un monde de paix grâce à la méthode Kumon.

1974Premières étapes de l’expansion outre-mer

Ouverture du premier centre Kumon hors Japon, à New York

L’expansion de Kumon hors des frontières du Japon a débuté en 1974 avec l’ouverture d’un centre de mathématiques à New York.

Une famille japonaise dont les enfants avaient commencé à étudier selon la méthode Kumon et qui avait déménagé aux États-Unis après la mutation du père a demandé à ce que les élèves forcés de vivre à l’étranger puissent continuer à suivre le programme. Le centre de mathématiques Kumon de New York a ouvert pour répondre aux besoins de ces élèves et de leurs parents.

Taïwan, Brésil, Allemagne : Augmentation du nombre d’élèves Kumon à l’étranger.

Toru Kumon, plantant un arbre pour commémorer l’inauguration du siège social sud-américain de Kumon en août 1994.

À l’instar de cette famille japonaise qui a déménagé à New York, les parents japonais à l’étranger ont été de plus en plus nombreux à réclamer l’ouverture de centres Kumon. Dans les années 1970, des centres ont ainsi été inaugurés à Taïwan, au Brésil et en Allemagne, entre autres. Comm les populations de ces pays ont rapidement constaté l’efficacité des centres, leurs enfants ont commencé à les fréquenter et, en temps et lieu, ces populations locales ont ouvert leurs propres centres. C’est ainsi que la méthode Kumon s’est progressivement implantée un peu partout dans le monde.

Pour combler les besoins de tous ces enfants, il a été nécessaire de traduire le matériel pédagogique des mathématiques Kumon dans de nombreuses langues. De plus, comme des entreprises ont dû être créées dans ces régions, il a fallu instaurer un système de soutien pour les centres locaux. Taïwan a passé le cap des 1 000 élèves en 1979 et le Brésil, en 1982. Neuf ans après l’ouverture du premier centre Kumon à New York, le nombre d’élèves Kumon hors Japon dépassait les 10 000.

1985Le nombre d’élèves Kumon dans le monde ne cesse d’augmenter

Le miracle de Sumiton

En 1988, la directrice adjointe d’une école primaire de Sumiton, en Alabama, a développé un vif intérêt pour la méthode Kumon en visionnant un reportage à son sujet. Elle a demandé à Kumon de fournir sa méthode aux élèves de son école, laquelle méthode est devenue une partie intégrante du programme scolaire*.

Cette expérience a eu d’impressionnants résultats. Le score moyen des élèves de l’école au test de placement Kumon est passé de 70 à 90 points. Les pas de géants des élèves de Sumiton ont mis l’école sous les projecteurs, divers médias allant même jusqu’à parler du « miracle de Sumiton ». Cette couverture médiatique a beaucoup influencé la perception que le public américain avait de Kumon.

En 1989, le magazine Newsweek a publié un article décrivant la mise en œuvre de la méthode Kumon à l’école primaire de Sumiton. Les demandes de renseignements se sont mises à affluer de partout aux États-Unis. L’année suivante, le magazine Time a aussi publié un article sur Kumon, suscitant un engouement mondial. **Elle n’est pas au programme actuellement

La méthode Kumon : Expansion mondiale et enracinement local

English language learning materials for native speakers are presently being used in 22 countries and regions. Chinese language learning materials for native speakers are presently being used in six countries and regions. Spanish language learning materials for native speakers are presently being used in seven countries.

Grâce à l’article du Time et à d’autres médias, la méthode Kumon a suscité un intérêt grandissant dans le monde, comme en témoigne le nombre croissant de demandes d’ouverture de centres adressées à l’organisation. Kumon y a répondu rapidement dans le but d’encourager l’ouverture de centres exploités par des instructeurs locaux.

Toru Kumon croyait que la méthode Kumon pouvait aider tout enfant à réaliser son potentiel non seulement en mathématiques, mais aussi en langues. Il a donc piloté l’élaboration de matériel d’aide à la lecture pour des élèves anglophones. Ces documents ont été utilisés pour la première fois en 1990 en Australie, après quoi des documents équivalents ont été créés dans d’autres langues, comme le mandarin, le portugais, l’espagnol et le thaï.

En 1980, des documents d’apprentissage de l’anglais ont été élaborés expressément pour les Japonais. Par la suite, des documents d’apprentissage de l’anglais langue seconde ont été mis au point pour d’autres pays, à commencer par le Brésil en 2004.

Le nombre d’inscriptions aux programmes Kumon a franchi le cap des deux millions en 1993, des trois millions en 2001 et des quatre millions en 2006*. *Nombre d’inscriptions mondiales, Japon y compris

2009Kumon s’impose comme marque mondiale à l’aube de son second demi-siècle

De meilleurs forums pour l’étude de la méthode Kumon

Bien qu’il puisse exister des différences de culture, de coutumes, de valeurs et de système d’éducation d’un pays et d’un territoire à l’autre, tous les enfants veulent apprendre, et tous les parents ont le même amour pour leurs enfants. Aujourd’hui, des enfants de partout dans le monde acquièrent des aptitudes scolaires de haut niveau et acquièrent un sens de l’initiative grâce à la méthode Kumon.

En 2000, Kumon a adopté une structure de gestion de groupe. Chaque siège social régional a mis les bouchées doubles pour populariser la méthode Kumon.

Kumon a célébré son 50e anniversaire en 2008. L’organisation en a profité pour réaffirmer sa vision d’avenir. Elle s’est engagée à améliorer continuellement les façons d’offrir la méthode et de contribuer aux collectivités locales.

2014Les instructeurs Kumon apprennent de leurs élèves afin de perfectionner leur instruction.

Centième anniversaire de naissance du fondateur de l’organisation, Toru Kumon.

Le 16 mars 2014, une célébration au Japon a commémoré la naissance de Toru Kumon, qui aurait eu 100 ans. Plus de 7 500 instructeurs, employés et invités de partout y ont participé.

Le thème de la commémoration était « les rêves ». Pour donner le coup d’envoi de l’événement, les participants ont réaffirmé les rêves exprimés par Toru Kumon, puis, dans la seconde partie de l’événement, les instructeurs et les employés ont mis l’accent sur l’importance d’apprendre des enfants. Sept instructeurs de différentes régions du monde ont donné des présentations à tour de rôle.

La phrase suivante de Toru Kumon résume bien sa philosophie de réalisation du plein potentiel de chaque élève : « Il ne faut pas se contenter de “ce qui suffit”, il faut tendre vers “ce qu’il y a de mieux” ». Toutes les personnes associées à Kumon garderont ces paroles en tête dans leurs efforts pour mettre la méthode Kumon à la portée du plus grand nombre de gens possible, sans égard à leur âge ni à l’endroit où ils vivent.

À propos de Kumon