Établir de solides bases de lecture pour les jeunes apprenants - Student Resources

Établir de solides bases de lecture pour les jeunes apprenants

overhead view of student working on lessons at her desk

En 1957, un éditeur met au défi Dr Seuss (Theodor Geisel), auteur pour enfants de renom, d’écrire un livre amusant que les élèves de première année pourraient lire. C’est ainsi que voit le jour The Cat in the Hat (Le chat chapeauté). En employant des mots basiques et en appuyant fortement sur la rime de mots comme « cat » et « hat », Dr Seuss parvient à créer un livre de seulement 236 mots qui révolutionne l’écriture des livres pour enfants. Comprenant à quel point il est important pour les enfants non seulement d’apprécier l’histoire, mais aussi de développer les compétences à la base de la lecture, son éditeur et lui décident d’insister sur ces aptitudes dans ce livre, puis dans la série de livres de premières lectures qui a suivi.

Contrairement à l’apprentissage de la parole, que les jeunes enfants apprennent intuitivement en écoutant parler leur entourage, celui de la lecture exige des compétences particulières qui doivent être enseignées. Les compétences langagières à l’oral et à l’écrit sont toutefois naturellement liées, et selon un rapport de 2010 du National Early Literacy Panel américain (groupe national d’experts en littératie des jeunes enfants), les jeunes enfants ayant de solides compétences en langue orale ont plus de facilité à apprendre à lire.

Les cinq composantes du processus de lecture sont la conscience phonologique, la phonétique, la fluidité, le vocabulaire et la compréhension. Les enfants doivent les maîtriser toutes les cinq avant d’acquérir la compétence de la lecture.

La conscience phonologique

Avant d’apprendre à lire, les enfants doivent connaître les phonèmes de la langue, soit les sons qui composent les mots parlés, et être capables de s’en servir. Cela signifie qu’ils doivent comprendre que le B au début du mot « bébé » est le même son que le B au début du mot « balle » et au milieu du mot « table ». Avant de commencer à émettre le son d’un mot qu’ils voient sur papier, les enfants doivent comprendre que les lettres et les mots sont composés de différents sons.

Les jeunes enfants qui commencent à acquérir la conscience phonologique et à percevoir la relation entre les sons et les lettres peuvent se mettre à jouer avec les rimes, par exemple avec des mots comme « papa » et « caca ». C’est de cette manière qu’ils commencent à comprendre la relation entre les sons prononcés et les mots écrits.

La phonétique

La phonétique est un enseignement de la lecture basé sur des fondements scientifiques qui apprend aux enfants à lire en fonction des sons produits par les lettres, soit la prononciation des mots. On commence habituellement par apprendre le son des consonnes dures et des voyelles courtes.

À l’aide de la phonétique anglaise, un enfant qui connaît les sons des consonnes C et T, et le son court de la voyelle A, peut produire le mot « cat » selon le schéma consonne – voyelle courte – consonne. À partir de là, il pourra aussi prononcer le mot « hat » en utilisant le même schéma.

C + AT = CAT

H + AT = HAT

C’est la rime entre « cat » et « hat » qui a donné au Dr Seuss l’idée d’écrire ce livre, qui est aujourd’hui un classique dans de nombreuses langues. Une fois le titre décidé, « The Cat in the Hat », le reste a suivi.

La phonétique enseigne aussi aux enfants des digrammes de consonnes, soit une combinaison de deux consonnes représentant un son, comme le CH au début du mot « chou », et les ajoute à d’autres mots qu’ils connaissent, comme ceci :

CH + AT = CHAT

La fluidité

La fluidité est la capacité à s’exprimer avec aisance dans une langue donnée. En lecture, la fluidité consiste en la capacité de lire un texte sans faire d’erreurs, à une bonne vitesse et avec une intonation ou une émotion appropriée. La fluidité aide le lecteur à mieux comprendre ce qu’il lit.

Les parents aident leurs enfants à gagner en fluidité par la lecture à voix haute, en exagérant fortement les émotions et les sons. Une bonne fluidité permet aux lecteurs débutants de reconnaître facilement les sons des lettres de l’alphabet et des mots vus couramment. Cela les aide à lire et à comprendre un texte simple, et leur apprend à adopter un ton conversationnel quand ils lisent à voix haute.

Le vocabulaire

Le vocabulaire, ou les mots qu’un enfant connaît, est essentiel à la compréhension. Les enfants apprennent la signification de nombreux mots dans leurs interactions quotidiennes, y compris en entendant les mots utilisés dans les conversations.

En plus de les aider à acquérir la fluidité en lisant de manière expressive, les parents qui leur lisent beaucoup de livres et de littérature développent leur vocabulaire. Puisque certains mots sont moins communs pour les enfants et qu’ils doivent dès lors leur être expliqués, il est également utile de mettre en exergue les nouveaux mots d’un livre ou d’une conversation et de les définir.

La compréhension

Si un enfant ne comprend pas ce qu’il lit, il n’apprendra pas à aimer lire. La compréhension est le point culminant des cinq composantes du processus de la lecture : Pour comprendre ce qu’il lit, l’enfant doit connaître certains des mots qu’il a devant lui, être capable d’en deviner d’autres à l’aide des phonèmes et pouvoir repérer dans le texte des indices qui l’aident à établir la signification des mots.

Les parents et les enseignants qui encadrent des apprenants peuvent aussi leur poser des questions pour les aider à comprendre en les incitant à identifier l’idée principale ou à prédire l’action d’un personnage. Ils pourraient ainsi demander : « Qu’est-ce que cette histoire raconte? » ou « Que va-t-il se passer ensuite? »

Les parents qui lisent régulièrement à leurs enfants et qui utilisent ces stratégies pour leur apprendre les compétences de base les aideront à être prêts à apprendre à lire.