Les programmes de mathématiques et d’anglais de Kumon jouent un rôle déterminant dans la prévention des pertes d’apprentissage au cours de l’été

Les programmes de mathématiques et d’anglais de Kumon jouent un rôle déterminant dans la prévention des pertes d’apprentissage au cours de l’été

girl reading

L’été approche à grands pas et, comme chaque année, les écoles se mettront sur pause pendant tout l’été. Mais pas le cerveau des enfants.

 

Pour certains d’entre eux, la pause estivale entraînera des conséquences importantes qui se manifesteront au début de l’année scolaire si l’apprentissage au cours de l’été n’a pas été renforcé par l’adoption de bonnes habitudes.

 

« La clé du succès repose sur la constance, et lorsqu’on prend une pause, il y aura bien sûr des conséquences, explique Pinali Patel, instructrice au centre Kumon de Tampa-Carrollwood en Floride. Prenons l’exemple de l’entraînement physique. Vous vous entraînez régulièrement à la salle de sport et vous efforcez d’être constant. Si vous arrêtez pendant deux mois, vous verrez certainement la différence. Peut-être prendrez-vous du poids ou perdrez-vous votre souplesse? C’est pareil pour le cerveau. »

 

Les progrès scolaires d’un jeune enfant subissent un dur coup pendant les mois d’été si son cerveau n’est pas actif.

 

Les recherches indiquent qu’au cours de l’été, un élève moyen aura perdu de 17 à 34 % de ses acquis scolaires de l’année précédente. Comme les muscles, le cerveau a besoin de s’exercer régulièrement. En poursuivant leur apprentissage durant les vacances estivales, les élèves maintiennent une bonne activité cérébrale et acquièrent des compétences qui leur permettent de garder le rythme et d’êtres fins prêts pour le début des classes à l’automne sans trop de difficulté.

 

Le programme Kumon a comme objectif de réduire cette perte d’apprentissage par la pratique continue et l’acquisition de compétences, et ce, en quelques minutes chaque jour. Mais une routine d’apprentissage continu tout au long de l’été n’est pas toujours facile à maintenir, car il faut bien l’admettre, les enfants attendent cette pause avec beaucoup d’impatience.

 

De nombreuses variables peuvent empêcher les élèves de poursuivre assidûment leurs études Kumon pendant les mois d’été. Les vacances sont évidemment la raison principale, mais ce n’est pas la seule. Certains enfants rendent visite à d’autres membres de leur famille dans d’autres régions du pays. Ou leurs parents sont divorcés et habitent dans des villes ou des provinces différentes.

 

Quoi qu’il en soit, votre instructeur Kumon peut vous aider à gérer votre situation unique.

 

« Nous leur proposons toujours d’amener des exercices avec eux, poursuit Mme Patel. On parle de 20 à 30 minutes par jour tout au plus. Même si l’enfant n’est pas chez lui, il doit continuer à consacrer un peu de temps à son apprentissage. C’est simplement une question d’habitude et de motivation. »

 

« On peut également envisager les rencontres virtuelles sur ordinateur, continue Pinali Patel. Si, par exemple, un enfant est en visite chez un parent qui vit à l’extérieur du pays et qu’il ne peut se rendre dans un centre, il aura ses exercices avec lui et pourra opter pour une classe virtuelle pour les faire. »

 

Bien qu’il s’agisse d’une option relativement nouvelle qui n’est offerte que depuis le début de la pandémie, nous l’avons conservée, car elle s’est avérée précieuse pour aider les enfants à ne pas interrompre leur apprentissage. Grâce au programme Kumon, les élèves restent sur la bonne voie et peuvent poursuivent leurs études en restant motivés tout au long de l’été.